LES PRATIQUES

 

YOGA - SPIROTHERAPIE - MASSAGES - AYURVEDA - SOPHROLOGIE - MEDITATION

 

YOGA

Les grands yogis et les puristes vous diront " il n'existe pas plusieurs yogas, il n'y a qu'un seul yoga !"

C'est en partie vrai. La différence, à travers les asanas - les postures donc, tient dans le fait qu'on les pratique de façon "fluide" ou non, et de façon douce à très intense.

Les versions originelles ne sont pas fluides et plutôt douces - le hatha yoga et ses dérivés (Iyengar, Bikram, ...) vont proposer une pratique où chaque posture est exécutée sans transition, avec un arrêt entre chaque. On a même la pratique récente du Yin, qui est un mélange de Hatha au sol et de nidra (yoga du sommeil) avec des temps dédiés à la méditation, sieste, avec musique new-age.

Depuis les années 30 (1930), d'autres formes ont immergés avec l'Ashtanga Yoga de Patthabi Jois. Ces styles de yoga propose déjà beaucoup plus de postures debout, plus d'intensité, alliant même des postures de gainage, et dans une forme dite "fluide" - le flow où on va établir des transitions entre chaque postures. On y retrouve l'Ashtanga, le Vinyasa, aussi appelé hatha flow ou power yoga, et d'autres styles comme le Yod'dha yoga qui mélange le kalaripayatt ou le Yoga Budokon qui mélange les arts martiaux. 

D'autres encore se distinguent par l'environnement ou l'accessoire : les hot yogas dans des salles surchauffées, les yogas dans l'eau, les yogas dans les airs avec suspensions, ou encore les récents yogas ésotériques venant des années 60 comme le Kundalini Yoga et ses dérives new-age qui sortent du cadre comme les extatiques danses, les cérémonies du cacao sacré ou autre réappropriation culturelle déviante. 

 

Plusieurs "styles" de yoga vous sont proposés par Samuel : 

I - Ashtanga Yoga et Vinyasa Yoga
II - Les 7 Rites Tibétains
III - Yôd'dhä Yoga,
 qui mélange yoga et le kalaripayatt, art martial indien
IV - Yogapilates / Yogalates, qui mélange yoga et le pilates
V - Dveda Hatha Yoga
VI - Upavistha Yoga
VII - Yin / Nidra Yoga

 

 

I - Ashtanga Yoga et Vinyasa Yoga

L'ASHTANGA YOGA a été mis au point par le yogi Sri K. Pattabhi Jois dans les années 50. Il s’agit d’une modernisation (dans la forme) du système traditionnel de yoga, décrit par le bodhisattva Vamana Rishi dans un manuscrit appelé Yoga Korunta (il n’existe plus aujourd’hui, fait sur des feuilles de bananiers, il se serait détérioré avec le temps). A la fin du XIXe siècle, ce manuscrit fut transmis à Sri Krishnamacharya (1888-1989) alors qu'il était très jeune. Ce texte lui servi longtemps de référence et lui permis de redonner toutes ses lettres de noblesse au yoga. Ce yogi célèbre qui eut comme disciples B.K.S IyengarIndra Devi ou encore Sri K.Patthabhi Jois, choisit ce dernier pour lui transmettre ce savoir. Celui-ci a enseigné l'Ashtanga Yoga à Mysore, en Inde, jusqu'en 2007. Il a également propagé cette forme de yoga à travers le monde et a permis l'essor de cette discipline en occident, qui a donné naissance à des dérivés occidentaux tels que le Power-Yoga, le Hot-Yoga, ... et surtout le Vinyasa Yoga.

L’ASHTANGA YOGA est un yoga dynamique basé sur la synchronisation de la respiration (appelée respiration Ujjayi) et des postures yoguiques (les asanas). Réputé comme un yoga assez physique, il se pratique sur des séries d'asanas dans une trame, une chorégraphie en quelque sorte, bien définie et immuable :

Les Postures d'Ashtanga Yoga :

https://static.onlc.eu/yogabsoluteOEU//131170152335.jpg

 

Dans la pratique, l'Ashtanga yoga se compose des salutations au soleil pour échauffer le corps en introduction, suivie de la série des "positions debouts et équilibre", pour ensuite enchainer sur les positions au sol qui constitue "la série primaire", ou "la série secondaire", pour s'achever par la série des positions de fin. Ces séries de postures étant immuables, tous les pratiquants de par le monde - et ce malgré des différents lieux, professeurs qui leur enseignent, etc ... - font les mêmes postures, dans le même ordre.

 

LE VINYASA YOGA est de l'Ashtanga Yoga en "free-lance" - on pratique les positions (asanas) de l'Ashtanga selon un ordre différent et voulu par l'enseignant. La pratique ici se veut plus dynamique, dépourvue de la respiration Ujjayi - on passe d'une position à l'autre par le principe du vinyasa, petit enchaînement (caturanga, urdhva muka puis adho muka). Le terme "Vinyasa" voulant dire mettre en place ou à la place de. Dans une optique plus "sportive", cette forme de yoga est aussi souvent appelé : POWER YOGA.

 

II - Les 7 Rites Tibétains

A la fin des années 30, l’allemand Peter Kelder (1883-1965) revient d’Asie avec une méthode qui serait issu des monastères de l’Himalaya, au Tibet. Depuis plusieurs livres ont été fait sur le sujet, imprégnant cette méthode d’un certain mystère quand à son origine. De sa rencontre avec les moines tibétains, Peter Kelder aurait donc ramené cette méthode qui consiste à cinq mouvements qu’il faut répéter plusieurs fois, que l’on surnomme les Cinq Rites Tibétains de la Régénération.

Cinq mouvements dans un ordre précis, répétés chacun jusqu'à 21 fois. Des mouvements simples qui vont permettre de travailler sur l'ensemble du corps. Le principe de ces exercices physiques repose sur un travail des principaux points d'énergie, appelés chakras, correspondant à nos glandes endocrines. On donne à ces cinq rites cette réputation de régénération en partant de ce constat : travailler sur nos glandes hormonales et nos chakras, permet de contrer les perturbations qui surviennent avec le temps. L’exemple souvent donner dans les ouvrages de Kelder est le principe de régulation de nos flux hormonaux pour ralentir le processus naturel du vieillissement dont elles sont responsables. Certains ouvrages parlent d’une « hormone de la mort » sécrétée par l’hypophyse, qui détruirait l’hormone de croissance et dont on tente de freiner la sécrétion, mais ça tient plus de l’ésotérisme fantasmé que de la science avérée.

Tout comme pour l'Ashtanga Yoga, le fait que les mouvements soient immuables, une fois mémorisés, la pratique peut alors se faire seul et le pratiquant peut devenir autonome.

 

       

"J'ai revisité le concept des rites tibétains. En effet, il faut parfois savoir "tuer ses pères" et revoir, réactualiser certains acquis. C'est pourquoi j'enseigne non pas cinq, mais sept rites et dans un ordre différent.

Le concept des cinq rites tibétains de Kelder est intéressant mais incomplet selon moi. Le twist est un des mouvements fondamentales, incontournables - bénéfique pour la colonne vertébrale, la zone abdominale et muscles du dos. Il est en de même pour l'inversion du corps et la compression intense des glandes endocrines. J'ai ainsi injecter deux nouveaux rites.

Enfin, le travail de Kelder sur les chakras se fait de haut en bas, je préfère les travailler de bas en haut pour suive le concept de la Kundalini. Ainsi le premier mouvement (tourné sur soi-même) devient pour moi le dernier et la pratique se fini ainsi tel un darvish turner, une méditation en mouvement." 

 

 


III - Yôd'dhä Yoga

Yod'dhä en sanskrit signifie guerrier ou combattant.

Pour moi le yoga est un art martial - même si le terme signifie "pratique de combat", le yoga est un vrai combat à travers la souffrance du corps, un combat avec soi-même, et d'ailleurs on trouve d'autres pratiques comme le chi-gong ou le tai-chi, absolument inoffensives et pourtant classifiées dans les arts martiaux. L’art martial est aussi et avant tout une pratique de respect, d’écoute de son corps.

Le Yod’dhä Yoga et dons la combinaison subtil du yoga à un l’art martial indien ancestral : le Kalaripayatt - qu'on dit à l'origine de tous les autres arts martiaux. C'est en soit une pratique hybride. Le Kalaripayatt et le Yoga viennent tous les deux d'Inde, et d'ailleurs par certains aspects ils sont très proches. Ce sont normalement des pratiques de bien-être physiques qu'on associe à la médecine indienne traditionnelle, l'Ayurvéda, pour équilibrer son corps et tenter d'être le plus en bonne santé possible. Les deux disciplines sont des pratiques physiques exigeantes qui renforcent, assouplissent et travaillent sur l'ensemble du métabolisme.

 A l’été 2013, à mon retour de mon voyage au Kerala en Inde où j’ai pratiqué le Kalaripayatt, j'ai voulu le mélanger au yoga – ces deux pratiques étant si proches, ce fut une évidence. Les positions se sont faites par observation de la nature – c’est une qualité première du yogi : regarder, être ouvert aux autres, au monde. Comme dans les positions (asanas) du yoga, les huit figures du kalaripayatt reprennent des animaux, sauf qu'a contrario du yoga où on reste sur son tapis en « statique », ils se font en mouvement sur une trajectoire. Ainsi le Yod’dhä Yoga combine les postures des deux disciplines, en avançant et en reculant, dans des séries de mouvements fluides.

Chaque série est répétée afin de la mémoriser, puis de la maitriser sur un décompte précis – cinq temps pour tenir chaque position et cinq temps pour faire la transition entre chacune. Ce style est dynamique, il a aussi une dimension "cardio" plus forte que les autres formes de yoga.

 

VOIR PAGE SUR YOD'DHÄ YOGA

 

IV - Yogapilates/Yogalates

Je dis souvent "le pilates c'est du yoga en mouvement". En effet, cette "gymnastique" créée au début du XXe siècle par l'allemand Joseph Pilates est proche du yoga : synchronisation de la respiration avec le mouvement du corps, travail sur muscles profonds, étirements, ... contrairement au yoga où on reste fixe dans une posture, ici on est jamais statique. Pilates appela à la base sa méthode « contrôlogie », en référence à la façon dont elle entraine la conscience de l’esprit pour contrôler les muscles.


Il y a des formes traditionnels plutôt douces, et d'autres plus dynamiques appelés power-pilates. On peut aussi mélangé pilates et yoga pour obtenir du "yogalates" où l'on combine souvent les postures de yoga auxquelles s'ajoutent des mouvement de pilates qui se concentrent surtout sur le travail de la paroi abdominale. Ici les cours de Pilates sont dispensés sans les accessoires, ballons ou chaise de torture.


V - Dvedha Hatha Yoga

Dvedha signifie "deux fois" en sanskrit. Le Dvedha Hatha Yoga est une forme de Hatha Yoga où le pratiquant va faire deux fois la posture. Cela va permettre au cerveau et au corps de comprendre les mécanismes et d'aller plus loin dans la pratique. Ce procédé ancien a été mis en avant par le gourou Bishnu Gosh, maître de Bikram, qui a repris le concept à son compte. C'est un style de yoga très intéressant qui permet une forme d'intensité 

 

VI - Upavistha Yoga

Upavistha signifie "assis". COn est donc ici sur un yoga totalement assis sur chaise. J'ai revisité ce style pour proposer un yoga plus inclusif pour les personnes à mobilité réduite. J'ai d'ailleurs mis en avant ce travail sur les vidéos d'Air France, sur leur vols longs courriers. 

On comprend alors que toutes les postures de yoga sont possibles, même en restant assis sur une chaise ou en fauteuil roulant. 

 

VII - Yin / Nidra Yoga

Le Yin, comme le Nidra sont les versions très basses intensité du Yoga. Ils mélangent des postures allongées au sol, un environnement relaxant, avec un discours, voir un environnement musical qui va permettre au cerveau de descendre dans sa phase theta, de 4 à 7 Hz, celle de la relaxation profonde, en plein éveil. C'est une pratique idéal pour aider au sommeil e/ou à la récupération mentale. 

Le terme Yin appartient au taoisme et Nidra signifie "sommeil" en sanskrit. L'appellation Vishrama qui signifie "relaxation / se détendre" en sanskrit est aussi tout à fait appropriée.

 

SPIROTHERAPIE

La spirothérapie - thérapie par le souffle - est l'art de se soigner par des méthodes respiratoires. Des pranayamas - pratique respiratoire du yoga - aux méthodes modernes - Wim Hof, Buteyko, Cohérence Cardiaque, ...- en passant par les méthodes taoïstes, nipponnes ou encore de rites plus religieux - la spirothérapie a un éventail large de méthodes. Chaque séance est ciblée : relaxation, sommeil, detox, vitalité, ...  à travers des méthodes simples, diaphragmatiques, tantriques, sonores, en mouvement, méditatives, ... 

 

THERAPIES (massages)

Les Thérapies proposées sont toutes de nature ayurvédiques. En inde, au Kerala, j'ai reçu un enseignement assez complet des différentes techniques de l'abhyanga traditionnel aux massages avec khizis, en passant par le shirodhara, pichauli ou encore les bastis. C'est cependant sur le massage avec les bâtons Kansu que j'ai préféré me perfectionner. 

Les bâtons Kansu sont en bois, avec à leur extrémité des demi-sphères de cuivre. Les vertus du cuivre sur la peau, combinés aux vertus des huiles, comme l'huile de safran le kumkumadi pour le visage, permettent de vrais bénéfices profonds et en surface. Il a pour le visage un effet rajeunissant, tout en tonifiant les muscles, en liftant et en nettoyant la peau de ses impuretés. Complété avec le Shirotchampi, massage du crâne et nuque, il y a un vrai travail cérébral et facial à travers l'oxygénation du sang, la remise ne action de la circulation et également un drainage lymphatique. 

Vous pouvez compléter cet ensemble de soins ayurvédiques par l'utilisation de ventouses en verre, dites chinoises, qui reprendra les vertus d'un des panchakarma - Raktamokshana, la purification du sang - sans l'aspect invasif de la saignée. Ici les toxines sont attirées du sang vers le derme où elles seront naturellement éliminé par le métabolisme. 

AYURVEDA

 

Deux racines sanskrit : AYUR - vie/force vitale, et VEDA - connaissance/science. L’AYURVEDA se traduit ainsi par « Science de la vie » et parfois par extrapolation « science pour prolonger la (durée de) vie » et/ou « science pour augmenter la force vitale ». 

Une science est un ensemble de connaissances, un regroupement de théories et d’études tout en reposant sur des bases définies. Figée dans un concept qui classifie chaque individu selon sa constitution (Prakriti) en fonction de ses humeurs (doshas) dominantes, cette science de vie donne lieu à des techniques et des pratiques qui ont instauré ce que beaucoup définissent comme la première médecine dans l’histoire de l’humanité. 

Pour synthétiser, l’Ayurveda repose sur trois concepts essentiels à la fois différents et complémentaires :

  • une médecine dite « préventive » (hygiène, alimentation, rituels de vie) pour le maintien d’une bonne santé
  • une médecine dite « curative » (soins, remèdes médicamenteux, chirurgie) pour tenter de combattre les pathologies et maux rencontrés
  • une médecine dite « corrective » (évolution professionnelle et sociale, choix de vie, gestion des problèmes rencontrées) pour une réalisation personnelle 

Elle est à la fois science, comme toutes médecines, et aussi philosophie, à travers une notion d’art de vivre en considération à soi et au monde.

Une consultation va vous permettre de connaitre votre constitution, qui est votre "profil ayurvédique". Après un test, vous recevrez des conseils de vie, l'apprentissage de la méthode de la triade védique pour vous permettre de travailler sur l'équilibre de vos doshas dans vos cellules et votre corps. Il faut passer au crible vos habitudes domestiques, vos rituels de vie, l'architecture intérieure de votre logis, votre alimentation bien sûr, ... vous enseigner quelques rituels et méthodes pour répondre à vos besoins.

  

 

SOPHROLOGIE

La sophrologie est une méthode psychocorporelle utilisée comme technique thérapeutique ou vécue comme une philosophie de vie. Elle a été conçue par le neuropsychiatre Alfonso Caycedo et est inspirée de techniques occidentales comme orientales. Le terme SOPHROLOGIE, inspiré du grec ancien*, signifie étude de l’harmonisation de la conscience.

Méthode exclusivement verbale et non tactile, la sophrologie emploie un ensemble de techniques qui vont à la fois agir sur le corps et sur le mental. Elle combine des exercices qui travaillent à la fois sur la respiration, la décontraction musculaire et l’imagerie mentale (ou visualisation). Toutes ces techniques permettent de retrouver un état de bien-être et d’activer tout son potentiel. La sophrologie permet d’acquérir une meilleure connaissance de soi et d’affronter les défis du quotidien avec sérénité.

 

 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.